Share
Solidarités

Conférence nationale du handicap : France urbaine salue les annonces et appelle à des politiques adaptées aux réalités de chaque territoire

12/02/2020

Le président de la République a fixé plusieurs objectifs pour améliorer la vie des 12 millions de Français handicapés.

Le 11 février 2020, en conclusion de la Conférence nationale sur le handicap (CNH), Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures visant à améliorer la vie des personnes handicapées. Il a également jugé que « les Français doivent tous se mobiliser » sur ce sujet.

Organisé à mi-mandat, cet événement a réuni 500 personnes à l'Élysée pour tirer un premier bilan des mesures décidées depuis le début du quinquennat et en annoncer de nouvelles. Symboliquement, cette conférence a été programmée exactement 15 ans après l'adoption d'une loi majeure pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, sous la présidence de Jacques Chirac.
 
Des « solutions de scolarisation » pour tous les enfants handicapés dès la rentrée 2020

Emmanuel Macron a tout d’abord fixé l'objectif que « plus aucun enfant » handicapé ne soit laissé « sans solution de scolarisation à la rentrée de septembre ». Leur nombre a déjà été divisé par près de deux entre 2018 et 2019, de 15 000 à 8 000. Pour remédier au manque d’accompagnants, 11 500 postes supplémentaires seront créés d'ici à 2022, s'ajoutant aux 66 000 prévus à la fin de l'année.
 
L'allocation aux adultes handicapés pérennisée

Le président a également annoncé la mise en place d'un numéro d'appel unique (le 360) pour répondre à l'angoisse des familles et la création de 1 000 places supplémentaires dans les établissements spécialisés.

Emmanuel Macron a par ailleurs répondu aux inquiétudes des associations sur l'avenir de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), versée à 1,2 million de personnes. Cette prestation ne sera « jamais transformée, diluée ou supprimée » au bénéfice du futur revenu universel d'activité (RUA) qui doit fusionner plusieurs allocations, a-t-il affirmé. Il a par ailleurs annoncé que le dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH), qui permet de financer des aides, sera étendu dès l'an prochain de manière à couvrir les aides ménagères, mais aussi l'assistance apportée par un tiers à un parent handicapé pour s'occuper de son jeune enfant.

Sur le front de l'emploi, le gouvernement entend mettre l'accent sur le développement de l'apprentissage.
 
En bref : Les mesures annoncées par le président de la République :

  • Des solutions de scolarisation pour l’ensemble des enfants handicapées dès la rentrée prochaine
  • La création de 11 500 postes d’accompagnants d’ici 2022
  • La création d’un numéro d’appel unique pour le soutien aux démarches administratives
  • La mise à disposition d'une enveloppe de 50 millions d’euros supplémentaires pour les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), sur les deux ans qui viennent
  • La création de 1 000 places supplémentaires d'ici deux ans dans les structures spécialisées, pour tenter d'endiguer le phénomène des départs contraints vers des établissements en Belgique
  • Le recrutement de 1000 jeunes en service civique comme "ambassadeurs" de l'accessibilité des lieux recevant du public
  • La promotion de l'apprentissage comme solution d'accès à l'emploi pour les jeunes en situation de handicap, avec un objectif de 10 000 apprentis d'ici fin 2021, contre 4 000 aujourd'hui.
  • La pérennisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH)
  • Le prolongement dès 2021 du dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH)
  • La fixation d’un objectif de 80% d’accessibilité des démarches administratives en ligne pour les personnes aveugles ou malvoyantes d’ici deux ans
  • La traduction en langue des signes et le sous-titrage systématique des discours du président de la République d'ici à quelques mois.

 
France urbaine appelle à des politiques adaptées aux réalités de chaque territoire

France urbaine soutient la prise en compte de toutes les situations de handicap par et sur les territoires. A cet égard, si les chantiers à mener sont encore particulièrement nombreux pour améliorer le quotidien des Français en situation de handicap, les élus des grandes villes sont déjà très actifs, que ce soit sur les aménagements de la voirie et de l’espace public, l’accessibilité des bâtiments, les transports collectifs mais également en matière d’accès à l’emploi et à l’apprentissage.

En matière d’éducation, l’école inclusive est l’une des priorités de l’association. France urbaine salue l’augmentation des postes d’accompagnants. Elle rappelle cependant qu’il ne s’agit pas seulement d’une difficulté budgétaire mais d’une grande difficulté à attirer des candidats pour ces fonctions d’assistant de vie scolaire.

Concernant l’accueil des personnes handicapées au sein des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), France urbaine propose un renforcement des partenariats entre les départements et les grands territoires urbains afin d’accueillir dans les meilleures conditions et répondre aux besoins des personnes handicapées, en proximité, au plus près de leur lieu de vie.

Enfin, les élus des grandes villes appellent à des politiques adaptées aux réalités de chaque territoire et à faire évoluer de façon progressive et raisonnée un secteur au sein duquel s’investissent un grand nombre d’acteurs tels que les instituts médico-éducatifs (IME), avec lesquels un travail de grande qualité est mené.

© Jacques Witt/ SIPA