Share
Santé

Hôpital public et crise des urgences : l'Etat affiche sa volonté de décliner, dans les meilleurs délais, les engagements pris auprès des personnels hospitaliers

29/01/2020

Le groupe contact Ma Santé 2022 s’est réuni le 28 janvier, en présence des associations d’élus dont France urbaine.

Présidé par Raymond Le Moign, directeur de cabinet de la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, le groupe contact Ma Santé 2022 s’est réuni le 28 janvier au ministère, en présence des associations d’élus dont France urbaine, qui était représentée par André Rossinot, secrétaire général de France urbaine et président de la métropole du Grand Nancy.

L’occasion de revenir sur le suivi des dispositions prises par le gouvernement au second semestre 2019 concernant l’hôpital public et la crise des urgences. Cette réunion s’inscrit dans un contexte où nombre d’élus s’inquiètent des difficultés rencontrées par les centres hospitaliers et universitaires (CHU) de leur territoire comme en atteste la lettre adressée par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse métropole et président de France urbaine, André Rossinot et Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole à la ministre Agnès Buzyn en date du 23 janvier dernier.
 
La présentation (disponible ci-dessous) qui a été faite par le cabinet, les services du ministère et la direction générale de l’offre de soins (DGOS) et les échanges qui s’en sont suivis attestent d’une volonté claire de l’Etat de décliner, dans les meilleurs délais, les engagements pris auprès des personnels hospitaliers, dans le cadre du Plan Investir pour l’hôpital mais aussi dans le cadre de la reprise de dette des CHU à hauteur de 10 milliards d’euros sur trois ans tel qu’annoncé par le Premier ministre, Edouard Philippe fin novembre.
 
Il n’en demeure pas moins que des chantiers lourds restent à engager sur l’attractivité des métiers et carrières de la Fonction publique hospitalière (FPH) et sur la nécessité de convaincre les cadres de santé et les chefs de service d’adhérer à cette nouvelle dynamique qui prendra du temps à se décliner sur le terrain. Raymond Le Moign a, par ailleurs, formulé le souhait partagé par le plus grand nombre que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) ne se limite pas chaque année à une discussion budgétaire et la recherche d’économies afférentes, dans le cadre de l’ONDAM (objectif national des dépenses d'assurance maladie).
 
Un point a enfin été fait sur les nouvelles communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) introduites par la loi OTSS de juillet 2019. Elles sont une cinquantaine à être aujourd’hui opérationnelles. Elles ont vocation demain à conforter les projets territoriaux de santé (PTS) et à encourager le dialogue entre élus locaux et ARS, au service des besoins des territoires et de leurs habitants.

© Philippe Chagnon/Cocktail Santé
 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.